BIENVENUE SUR MON BLOG
Un blog sur : sculpture ornementale sur bois , l'ornementation et la décoration.
Dessin et fabrication artisanale de tous les sculptures ornementales et ornements ornementaux sur bois . Reproductions et propres créations du mobilier Liegeois


dimanche 1 octobre 2017

LE PETIT PALAIS à PARIS | Murs lambrissés en chêne et boiserie | Pièce de boiserie sculpté en chêne | Collection Edward Tuck

Le Petit Palais à Paris
Le Petit Palais à Paris | Murs lambrissés en chêne et boiserie  
Des lambris en chêne sculpté | Collection Edward Tuck

Le Petit Palais à Paris

Murs lambrissés en chêne et boiserie

Avec le train à grande vitesse "Thalys" vous mettez environ 1h20 pour aller de Bruxelles à Paris. C'était un samedi en novembre (2016), beau temps, et j'étais en compagnie de quelques étudiants sculpteurs. J'avais sélectionné un certain nombre d'activités et de musées qui seraient satisfaisant. L'un de ces sites était le Petit Palais. Le Petit Palais a été construit pour l'Exposition Universelle de Paris, en 1990 par l'architecte Charles Girault.
Ce vestige de l'Exposition Universelle, est architecturalement à la fois un exemple classique et moderne de l'architecture éclectique. Ainsi, ce bâtiment est très élégant et possède une façade impressionnante. À première vue, le bâtiment fait référence aux 17ème et 18ème siècles. En particulier, le dôme du porche rappelle la coupole des Invalides qui est située à proximité. La colonnade à l'avant rappelle celle de la Place de la Concorde. C'est un "Petit" Palais car il est simplement plus petit que le "Grand" Palais, mais il reste néanmoins avant tout un palais qui, comme le "Grand Palais", a été construit pour l'Exposition universelle de 1900.




Collection

On peut y trouver un éventail d'objets, de l'antiquité grecque jusqu'au 20ème siècle: peintures, sculptures, objets d'art, meubles, tapisseries et la plus belle collection d'icônes de France. Et surtout, l'entrée de ce musée est gratuite. Les expositions temporaires requièrent néanmoins un passage en caisse.


Ce palais est un ensemble architectural impressionnant qui a été construit à dessein, dans l'idée d'exister même après l'exposition, avec pour but de devenir ce qu'il est aujourd'hui: le Musée des Beaux-Arts de la ville Paris.
L'aile de la Cours de la Reine (à droite) est utilisée pour des expositions temporaires. Avec, entre autres, en 2010, l'exposition du plus grand couturier de France: Yves Saint Laurent. Le côté des Champs-Elysées (à gauche) est utilisé pour des expositions permanentes. Celles-ci sont divisés en sections par périodes, de l'antiquité classique jusqu'au début du 20ème siècle. Pour ceux qui souhaitent faire cette exposition par ordre chronologique, le départ se trouve au sous-sol. Alors vous traversez l'histoire (de l'art) de l'époque grecque et romaine, puis du Moyen Age, ensuite de la Renaissance et du 19ème siècle. Delacroix, Jan Steen, Rembrandt, mais aussi des chefs-d'œuvre de Rodin, Maillol, Bonnard, Renoir et Cézanne. Une belle collection polyvalente qui provient principalement de collections privées. Ainsi on retrouve une image complète des évolutions artistiques au fil des siècles, le tout allant de pair avec une architecture riche et fascinante, mais surtout abondante.





1902
En 1902, le musée est officiellement ouvert. Charles Girault avait un design audacieux d'utilisation de la lumière naturelle. Malheureusement, les toits en verre et les dômes qui laissaient passer la lumière naturelle ont été recouverts pour protéger les structures contre les effets néfastes du soleil.
Mais aujourd'hui, le public peut à nouveau découvrir un bâtiment très agréable dans une mer la lumière. Le musée était surtout connu pour ses expositions temporaires, alors que l'on peut désormais découvrir un musée complet de 5000 mètres carrés. Les architectes Philippe Chaix et Jean-Paul Morel ont reconstruit la lumière qui pénètre à travers le toit grâce à un toit en pente qui est à nouveau en verre, mais cette fois horizontalement.

En conséquence, les salles qui abritent la collection permanente, et surtout les grands tableaux, sont rétro-éclairées par la lumière naturelle. C'est très important car ces peintures ont été créées dans des ateliers où seule la lumière naturelle est entrée. Ainsi, la lumière sur ces tableaux correspond à l'éclairage utilisé lors de leur création.
Le public peut ici se promener dans des salles possédant des antiquités grecques jusqu'à l'art français de la période pré-1914. Les peintures, sculptures et objets sont placés de manière à ce que le public soit conscient des différentes cultures et périodes. Pour le 17ème  siècle, par exemple, le public peut voir des oeuvres d'art à proximité d'un tableau de Rembrandt. En ce qui concerne le 18ème siècle, nous avons des peintures de Boucher et David avec des meubles et des tapisseries de la même période.



Le jardin a été reconstruit comme il était en 1900. Tous les bords de la mosaïque, qui ont malheureusement été recouvertes de ciment, ont été récupérés. A cause des racines des arbres et des plantes, créant des fissures dans les étangs, les mosaïques avait été recouvertes de ciment. Les étangs étaient à sec depuis plus de 10 ans déjà, et le jardin était fermé au public. La végétation autour des étangs est telle qu'elle était en 1900, en particulier les palmiers, qui font un peu exotique et donnent l'impression de se trouver sur la "Promenade des Anglais". Ce n'était pas pour un établir un lien avec la Méditerranée, mais plutôt car tous les premiers jardins étaient comme cela en 1990.

En 2005, le bâtiment a de nouveau été restauré, pour une somme à hauteur de 264 millions et est aujourd'hui l'un des joyaux architecturaux de Paris. Escaliers monumentaux, belles ferronnerie ornementale, sols en mosaïque et dômes peints. Une grande terrasse à l'avant vous mène à un portail impressionnant avec des dômes en verre, des baies vitrées et une grande arcade.





Le café du musée

Dans la cour semi-circulaire du Musée du Petit Palais se trouve le café du musée. C'est un lieu hautement recommandé et est certainement l'une des boutiques de musées les plus attractives de la capitale française. Cette charmante cour, bordée de mosaïques et colonnes majestueuses est un véritable havre de paix et cela dans les environs animés des Champs Elysées, il offre une carte simple et originale.
Certes, pas toujours bon marché, mais la localisation et le temps consacré à cet endroit font partis de l'addition. C'est à faire, même si c'est seulement pour une tasse de café avec quelques macarons.




Une impression. Quelques photos de Novembre 2016.
______________________

Vue depuis le café du musée | Le Petit Palais de Paris.

Colonnes majestueuses dans une oasis de paix | Le Petit Palais

Murs lambrissés en chêne et boiserie

Au premier étage du musée (collection 18ème siècle) se trouve la collection d'Edward Tuck et son épouse Julia Stell.

Edward Tuck était envoyé en tant que vice-consul en France et ainsi a commencé sa vie d'expatrié à Paris. Il a utilisé son pouvoir considérable pour recueillir des oeuvres d'art et en a généreusement fait dons aux établissements d'enseignement des deux côtés de l'Atlantique.
Il a également soutenu le Centre Universitaire Américain à Paris et à la rénovation des monuments publics à Rome et Monte Carlo.

Son plus grand cadeau était après sa mort, à Monte Carlo en 1938, il a fait don de toute sa collection d'art en France. La valeur de la collection à ce moment-là était déjà de 5 millions $.

Pour honorer sa générosité, la ville de Paris a nommé une avenue d'après lui, une avenue qui est proche du Petit Palais, où sa collection d'art est logée.

Traduction Geraldine Poppe


EDWARD TUCK, Petit Palais



Le Petit Palais Paris, Collection Edward Tuck

Petit Palais à Paris | Murs lambrissés en chêne et boiserie



Petit Palais à Paris | Murs lambrissés en chêne et boiserie


Le Petit Palais Paris, Collection Edward Tuck




Petit Palais à Paris | Murs lambrissés en chêne et boiserie

Murs lambrissés en chêne et boiserie

Le Petit Palais Paris, Collection Edward Tuck


Murs lambrissés en chêne et boiserie


Le Petit Palais Paris, Collection Edward Tuck


Murs lambrissés en chêne et boiserie

Le Petit Palais Paris, Collection Edward Tuck

vendredi 1 septembre 2017

LA MAISON ROUGE DE MONTJOIE | Das Rotes Haus Monschau | Chambres d'époque du 18ème siècle


La Maison Rouge à Montjoie

LA MAISON ROUGE DE MONTJOIE | Das Rotes Haus Monschau  
Chambres d'époque du 18ème siècle'



Visite de "Das Rotes Haus"
à Montjoie (Allemagne)


Dans cet article, nous visitons La Maison Rouge (Das Rotes Haus) à Montjoie (Allemagne, Eifel). Un musée spécial avec de belles chambres d'époque.

Il est bien probable que la principale source d'inspiration pour les sculpteurs et ornemanistes sur bois viennent des musées et des châteaux.
Ce sont des lieux où l'artisan puise ses idées, il y va à la recherche de nouveaux défis, et y trouve malgré tout toujours de nouvelles surprises, tout en ayant même encore le sentiment d'apprendre quelque chose de nouveau, et ce après 25 ans de métier.
Y voir comment vos collègues d'il y a 300 ans ont résolus des problèmes, constater leurs connaissances des proportions et du bon goût utilisé en décoration d'intérieur, ou encore examiner leurs techniques de coupe et de sculpture.


MONTJOIE
Montjoie est situé dans la vallée étroite et profonde de la Roer, à peine à quatre kilomètres de la frontière belge. C'était à l'origine un territoire wallon dans le duché de Limbourg. Vers la guerre de Trente Ans, la ville est récupérée par les Allemands grâce à l'afflux de réfugiés protestants allemands en quête de liberté religieuse.

LA MAISON ROUGE DE MONTJOIE

La ville appartient depuis au duché de Jülich. A une époque plus française, Montjoie était le chef-lieu du canton de Ruhr. C'est en 1918 seulement que la ville, sous un commandement impérial, a changé son nom officiellement de Montjoie à la prononciation allemande de "Monschau".

La vieille ville n'a pas beaucoup changé au cours des 300 dernières années. Le centre ville essaie du mieux que possible d'éviter le trafic urbain, rendant la promenade au travers des rues médiévales plus agréable.
Si vos yeux apprécient les belles choses, cette ville offre de magnifiques façades, des portes d'entrée antiques, des petites fenêtres, des cours pittoresques et de belles maisons à colombages de différentes couleurs. Certaines maisons donnent directement sur les rives de la Roer, la rivière qui coule au travers du centre ville.

Balustre d'escalier sculpté

Hall et escalier monumental Das Rotes Haus

escalier sculpté


escalier sculpté

Das Rote Haus


Le nom en dit long sur la couleur de la maison, un rouge frappant, qui appartient au célèbre musée situé dans le centre. C'était autrefois la maison de la riche famille Scheibler, marchands de textile. La maison date de 1752 et est maintenant ouverte au public, vous pourrez y découvrir les différentes pièces de mobilier ancien, ainsi que les anciens livres d'échantillons contenant jusqu'à 6000 exemples. Le célèbre escalier en colimaçon en chêne relie les trois étages de la maison. A voir absolument.

Au 18ème siècle, la ville de Montjoie, dans l'Eifel, a été l'un des principaux centres de l'industrie textile en Rhénanie. Le commerce de tissu était une source de revenus pour de nombreuses personnes et a contribué à la prospérité économique de Montjoie. Le plus bel et plus important vestige de cet âge d'or révolu, est la Maison Rouge, un bâtiment d'importance suprarégionale, qui à ce jour détermine encore l'image de Montjoie.



La Maison Rouge, construite vers 1760 par le riche marchand de tissu Johann Heinrich Scheibler, est encore en grande partie dans son état d'origine. La maison reflète le style de vie luxueux et de la culture des classes supérieures, principalement des 18ème et 19ème siècles. Un des points forts est l'escalier en bois cantilever dans son style Rococo avec 21 sculptures en relief, représentant l'industrie du textile.

La dichotomie du bâtiment suggère que la Maison Rouge a non seulement servie de maison d'habitat pour la famille Scheibler (Helm goldenen Zum), mais aussi de bureau, d'entrepôt et d'atelier (Zum Pelikan).
Le Laufenbach de l'eau a été en partie utilisée pour laver la laine et la teinture. Les objets affichés dans les locaux montrent le développement des entrepreneurs famille Scheibler et l'histoire de la production textile à Monschau.

mobilier du 18ème siècle


Pour rendre accès au public ce monument singulier, la Maison Rouge a en 1963 rejoint la "Stiftung Scheibler-Museum Rotes Haus Monschau", dont la famille Scheibler et la région de Rhénanie étaient membres.

Colonne d'escalier sculptée

Rococo Aachener

Adresse:
Laufenstrasse 10, Montjoie, Allemagne
Ouvert du mardi au dimanche, 10-12h, 14-16h.
Tarif entrée : 2,50 €


http://www.patrickdamiaens.be

Notre FB Page