BIENVENUE SUR MON BLOG
Un blog sur : sculpture ornementale sur bois , l'ornementation et la décoration.
Dessin et fabrication artisanale de tous les sculptures ornementales et ornements ornementaux sur bois . Reproductions et propres créations du mobilier Liegeois


dimanche 12 février 2017

D’un fronton en chêne | FRONTON sculpté | Fronton Liégeois sculpté

D’un fronton en chêne

FRONTON sculpté  FRONTON LIÉGEOIS SCULPTE
__________________________
______________________


Fronton Liégeois sculpté


Patrick Damiaens
Sculpteur sur bois  ornemaniste
Sculpture d'un fronton, de style Liégeois
Patrick Damiaens
Ornemaniste - Sculpteur sur bois

Meubles Liégeois
“ D’un fronton ou d’une crête”










Le fronton en architecture

Lorsque l’on parle de fronton en architecture, il s’agit de l'aboutissement, du couronnement d'un mur, d’une fenêtre ou d’une porte, cet élément est principalement de forme triangulaire ou segmentaire.

En architecture Classique (grecque et romaine), le fronton a avant tout été utilisé sur les façades pour souligner l’entrée d’un bâtiment. Les bâtiments construits plus tard dans ce même style classique et néoclassique sont souvent également pourvus d’un fronton.

Le fronton était utilisé en architecture classique grecque (notamment pour les temples). Mais il a aussi été utilisé en architecture baroque, où on retrouve des frontons brisés. Ici, la partie médiane du fronton n'a pas été appliquée, seuls sont présents les côtés gauche et droit du fronton sous forme de deux structures triangulaires, séparés par un vide.

Parfois, les mots “fronton” et “tympan” sont utilisés indistinctement. Un tympan est aussi un élément décoratif en architecture, souvent présents sur les églises, mais le style est originaire du Moyen Age.
 
Fronton du Panthéon à Paris

Un fronton ou une “crête”?

Dans le domaine du mobilier flamand, il est de coutume d'inclure la dénomination suivante : “fronton sculpté ou gravé”.

Le fronton sculpté est dans le domaine du mobilier le nom le plus utilisé en Flandre, ainsi lorsque vous parlez à un antiquaire ou brocanteur de certains types, styles, ou parties d'un meuble ancien, il choisira automatiquement la désignation du “fronton”. Je ne sais pas pourquoi on en vient à utiliser ce terme, mais je pense que c’est à cause de l’usage courant de mots français dans la langue flamande.

La désignation “fronton, sculpté en bois” est le terme francophone le plus utilisé en Belgique et en France pour décrire le point du mobilier le plus élevé. C’est finalement pareil que pour le génie civil. L'utilisation de ce terme, mais qui a été simplifié en “fronton” pourrait être due aux nombreuses utilisations de frontons dans les meubles liégeois, un mobilier typiquement belge.

 FRONTON sculpté

Un fronton ou une crête

Lorsque je parlais de fronton de placard avec un client néerlandais, il fronçait les sourcils ne comprenant pas immédiatement ce à quoi je fais référence, mais après une petite explication, il voit ce que je veux dire, et il commence à sourire, “certainement un mot flamand!” m’assure-t-il.
Je ris : “oui, nous avons beaucoup de mots comme ça, par exemple “sculpteren in hout” (“sculpteur sur bois”) signifie la même chose en Flamand que “snijden in hout” (“graveur sur bois”) aux Pays-Bas. Sculpter sur bois est une “corruption flamande” du mot français “sculpture sur bois”, le travail du sculpteur. Et le mot “hout-sculpteur” (sculpteur de bois) devient donc un mot commun en Flamand pour désigner “la personne qui fait de la sculpture sur bois.”

Il m’assure que tout cela est faux.
Parce qu’aux Pays-Bas la désignation “correcte” est “kuif” (“la crête”). La crête d'un cadre de miroir, ou la crête d'un meuble, …
Amusant. En Belgique, on utilise ce terme pour décrire cette coiffure où les cheveux sont dressés sur la tête.

Les photos suivantes donnent une petite impression des différentes étapes lors de la gravure ou de la sculpture d’un fronton ou d’une crête dans le style liégeois.

FRONTON LIÉGEOIS SCULPTE








FRONTON LIÉGEOIS SCULPTE


La gravure - sculpture d’un fronton en chêne

Traduction Geraldine Poppe


Un fronton sculpté pour meuble ou cadre de miroir

http://www.patrickdamiaens.be

Nôtre FB PAGE

mardi 7 février 2017

TOUS CÉLÈBRES (Iedereen Beroemd) | Dans l’atelier des cours de sculpture sur bois | Enregistrement et interviews pour une émission de la VRT (Télévision belge)

IEDEREEN BEROEMD “TOUS CÉLÈBRES” 
 Dans l’atelier des cours de sculpture ornemaniste 
 Enregistrement et interviews pour une émission de la VRT


“TOUS CÉLÈBRES VRT” | cours de sculpture ornemaniste

“TOUS CÉLÈBRES” (Iedereen Beroemd)
Dans l’atelier des cours de sculpture ornemaniste
________17 Décembre 2016_________

Invitée dans l’atelier de sculptures ornemaniste à Tongres le 17
Décembre 2016 : l’équipe de tournage de la VRT pour l’émission
“Iedereen Beroemd” (“Tous Célèbres”).
“Tous Célèbres” est une émission télévisé créée en Août 2012, et est à ce jour toujours diffusée sur la chaîne flamande “Één”. Cette émission traite de la vie de personnes ordinaires, d'où le titre de l’émission, référence à la déclaration d’Andy Warhol : “In the future everyone will be famous for fifteen minutes”
(“À l'avenir, tout le monde sera célèbre pendant 15 minutes”).
Le making of...


Cours de sculpture sur bois -ornemaniste


Cours de sculpture sur bois -ornemaniste


Cours de sculpture sur bois -ornemaniste




Tous Célèbres VRT-één

Tous Célèbres VRT-één, cours de sculpture sur bois -ornemaniste
Diffusée sur la VRT-Één, le 30 Janvier, 2017
__________________________________


Lien : https://www.een.be/video/iedereen-beroemd/hout-ornamentsnijder


http://www.patrickdamiaens.be

FB PAGE

samedi 7 janvier 2017

LE COTICULE BELGE | Une pierre à aiguiser les gouges | Pierre de Vielsalm | Une pierre à affûter les outils de scupture | Affûtage

La pierre de Vielsalm ou Coticule belge

LE COTICULE BELGE 
 Une pierre à aiguiser pour les gouges 
___________________________________________
_____________________________
Le coticule est une pierre provenant de la région de Vielsam et sert à aiguiser les outils tranchants dont l'outillage des sculptures


Dans mon blog, je tente de vous en apprendre davantage sur des ornements, les applications, et les techniques de la sculpture sur bois. Il semble que c'est le bon moment de vous introduire au Coticule belge, cette pierre assure que nos gouges de sculpture restent aussi tranchant qu'une lame de rasoir. Travailler avec des burins pointus est en fait un rôle clé dans la création d'ornements en bois.


Ma première rencontre avec le Coticule

1984, je venais de terminer une formation de six années en menuiserie et j'ai commencé ma première année des techniques de base de la sculpture sur bois à Maaseik. Je n'oublierai jamais ce premier jour de l'école; "Demain vous apporterez tous une pierre à aiguiser", dit le professeur, "et pas n'importe laquelle, un Coticule."
Dans l'atelier de sculpture, il a sorti d'une armoire de fer une boîte dans laquelle se trouvait une pierre jaune. Une douzaine d'étudiants se recourbaient autour de cette pierre particulière, c'était une pierre à aiguiser comme je n'en avais jamais vu.

Après six ans de formation, on avait l'habitude de travailler avec un autre type de pierre; "Cette pierre de Vielsalm est la meilleure des pierres à aiguiser", selon lui. Et avec un sourire et un certain air, il dit; "Et elles ne sont pas faciles à trouver." Il savait très bien que les chances seraient quasi nulles pour que les élèves en aient à la maison, et dans les magasins spécialisés ce genre d'outils étaient méconnus.
Le soir venu, à la maison, j'ai parlé à mon père de cette "pierre à aiguiser jaune". "Attend une minute", dit mon père tout en rentrant dans le garage, il a pris une boîte en bois de l'étagère et rapidement trouvé ce qu'il cherchait; "C'en est une comme ceci ?" at-il dit, Yes !, je me suis dit.

Mon père m'a montré une pierre immense, d'au moins 15 cm de diamètre et de 4 cm d'épaisseur, "Elle était à ton grand-père, il s'en servait pour rendre ses lames de rasoir tranchantes."
Naturellement, le lendemain, je me suis rendu à l'école fier comme un paon avec ma pierre à aiguiser, dans l'atelier de sculpture, "ma pierre" est rapidement devenu le sujet principal de la journée. Je suis le seul étudiant qui a apporté une telle pierre à aiguiser, et cela n'a pas changé de l'année scolaire.
Lorsque l'enseignant sculpteur sur bois a vu l'immensité de cette pierre héréditaire, les choses ne se sont plus jamais bien déroulées entre nous. Aujourd'hui, près de 30 ans plus tard, je possède toujours mon "premier" Coticule belge, la Pierre de Vielsalm mon grand-père.


Ardennes Coticule


Maurice Celis, Pierre de Vielsalm

Le Coticule belge, la société


Pour aiguiser les outils de sculpture, le coticule est la pierre d'affûtage idéale. Cette pierre est mondialement connue, elle vient de Lierneux près de Vielsalm, un petit village dans les Ardennes. Dans cette entreprise on extrait et on façonne des pierre d'une qualité exceptionnelle. Il est probable que les romains connaissaient déjà l'action abrasive de cette pierre, car l'écrivain romain Pline mentionnait déjà la présence de meules de cette région. 


Depuis de nombreuses années, je connais Maurice Celis personnellement, c'est un ingénieur civil des mines et le propriétaire des Ardennes Coticule. Mais aussi quelqu'un de passionné par tout ce qui est en rapport avec les pierres. Donc, la personne idéale pour sauver l'entreprise en 1999 de la faillite. Grâce a de nouvelles idées, il relance l'entreprise qui fait partie du patrimoine belge et l'a rend de nouveau rentable. Cet homme ambitieux a une approche différente. Il se rend compte que pour être viable, la mine doit non seulement miser sur le produit du coticule, mais aussi générer des revenus grâce à des sous-produits. 


Sur les 15 000 tonnes de roche qu'il extrait seulement 10 tonnes sont utilisées pour la fabrication de meules. La société produit deux types de meule : la pierre à aiguiser bleue et la pierre à aiguiser coticule ou de Vieslam. Les 14990 tonnes qui ne comportent pas de coticule sont utilisés. Les morceaux d'ardoise servent pour le bâtiment, et l'argile gras sert de matières premières pour les briques noires. Le reste est utilisé en tant que matière première pour des tuyaux d'égouts en céramique. 


Un stock non transformé de pierre à aiguiser bleu et de Coticule

La pierre de Vielsalm, Coticule belge est une pierre à aiguiser naturelle avec un passé riche. L'exploration et la production de Coticule dans les Ardennes remonte au 17ème siècle.


Le Coticule est une roche sédimentaire qui s'est formée en plus de 480 millions d'années à la pierre telle qu'elle est actuellement. La roche est constituée de cendres volcanique et d'argile grise et jaune et contient 30 à 42% de petits cristaux de grenat spessartine, de diamètres compris entre 5 à 20 microns. 
Comme la nature est capricieuse, le Coticule existe seulement entre des couches minces, pris en sandwich entre de grandes couches d'ardoises bleu violet. Cela rend l'exploitation minière minitieuse, l'extraction est soigneuse et sans l'intervention de machines.  

Cette exploitation est très longue, le travail est intensif et coûteux, en plus d'être influencé par toutes sortes de conditions météorologiques, il n'a lieu quelques mois par an. 

La production est 100% artisanale, et la fabrication de chaque pierre est unique. Afin d'obtenir un kilogramme de coticule traitable, il faut retirer au moins une  tonne de roche autour de lui. 


Dans l'image ci-dessous, du Coticule encore brut



Le Coticule est rapidement comparable à une pierre à aiguiser de 8000 grains, par rapport au système de grain japonais, mais il faut garder à l'esprit que le Coticule est un produit naturel; aucune pierre n'est donc identique à 100%. Il faut aussi garder à l'esprit que la désignation de grain sert simplement à titre indicatif, et en outre, il dit peu de choses sur les caractéristiques spécifiques de la pierre. Le grand avantage par rapport aux autres pierres à aiguiser est que le coticule coupes et aiguise très rapidement. Aucune autre pierre à aiguiser possède ces deux caractéristiques. 

La coupe de toutes sortes d'outils tels que des ciseaux, gouges et haches est si fine que, entre autres, des fibres de bois sont rapidement et proprement coupés avec un résultat de finition parfaitement lisse. Les indentations dans la surface sont inexistantes. Cela rend la pierre recherchée par, entre autres, des menuisiers, sculpteurs et sculpteurs d'ornements.


Dans l'atelier de Maurice Celis

L'aiguisage avec la pierre coticule 

L'aiguisage se fait toujours avec de l'eau. Il suffit de mouiller la surface du coticule, la pierre ne doit pas être immergé. 
Pendant l'aiguisage, des grenats sont libérés de la surface du coticule. Plus les grenats se libèrent, plus le résultat est abrasif. Une méthode courante pour augmenter l'abrasivité est de créer une pâte abrasive riche en grenats en frottant la surface du coticule. La pâte d'aiguisage couleur blanc laiteux se forme ainsi rapidement. 
Pour les travaux d'aiguisage plus fin, cette pâte est diluée avec un peu d'eau jusqu'à ce que finalement, il n'y ait plus que l'eau présente sur la surface. 
Grâce à cette méthode et à la polyvalence du Coticule on n'a besoin que d'une pierre d'aiguisage nécessaire pour le processus d'aiguisage complet. 


ATTENTION ! Demandez à Maurice Celis les qualités des pierres à aiguiser qui sont les plus appropriés pour les gouges de sculpteurs.  



Conseils : 

Le Coticule est une pierre non poreuse, elle ne peut pas se boucher. Utilisez uniquement de l'eau au cours de l'aiguisage, pas d'huile. L'huile est utilisée uniquement pour la pierre poreuse afin d'éviter que le fer des particules se fixent dans les pores. 
Planéité de la pierre: mettre un morceau de papier de verre sur une surface plane. Ajouter un peu d'eau et procéder au polissage de la surface. Utilisez du papier de verre de +/- 80 à 100 microns de grain. 

Durée de vie : La durée de vie dépend de l'utilisation. Plus l'utilisation est intensive, plus la durée de vie est courte. Globalement, on compte une durée de vie de 20 ans pour une utilisation normale. 




Une pierre à affûter pour la sculpture sur bois

Web Ardennes Coticule
http://www.patrickdamiaens.be

Page FB


mardi 13 décembre 2016

Un sculpteur héraldique belge découvre une œuvre d’art britannique disparue chez un marchand d’art belge


Un sculpteur héraldique belge découvre une œuvre d’art britannique 
disparue chez un marchand d’art belge
_______________________________________________________________
_______________________________________

BELGA, Newsagency, Bruxelles
Communiqué de presse

Patrick Damiaens, ornemaniste sur bois et sculpteur héraldique originaire de Maaseik (Belgique), a découvert le blason manquant, datant du 16e siècle, d’un important ambassadeur britannique lors d’un salon d’antiquités à Namur. L’église St Katharine Cree de Londres, où l’œuvre d’art avait disparu au cours de la Seconde Guerre mondiale, a désigné un avocat pour la récupérer.

« Cette pièce ornementale a immédiatement attiré mon regard au salon des antiquités de Namur  », déclare Patrick Damiaens. « Le relief en question, fait en albâtre,  représente un blason datant du 16e siècle, d’environ 80 cm de haut et d’une qualité exceptionnelle. L’antiquaire a tenté de le faire passer pour un relief germano-autrichien du milieu du 16e siècle, ce qui m’a paru étrange puisqu’il me semblait plutôt être d’origine britannique. »


Une recherche approfondie pour découvrir l’origine de cette œuvre a mené Patrick Damiaens tout droit vers les Throckmorton, une noble famille d’Angleterre. « La pièce ornementale a disparu il y a des années du monument de Sir Nicholas Throckmorton, un confident d’Elisabeth I et de Mary Queen of Scots », explique M. Damiaens. « Il était un ambassadeur britannique en France et la famille Throckmorton en général a joué un rôle prépondérant dans l’histoire de l’Angleterre au 16e siècle. » M. Damiaens est sûr à 100 % que la pièce ornementale qu’il a repérée au salon des antiquités de Namur appartenait à la noble famille britannique. 
Marc Van der Cruys, éditeur d’un magazine héraldique, est également convaincu de son authenticité. « Il ne fait aucun doute que la sculpture ornée de ce blason fut autrefois l’ornement décorant le monument familial en l’église paroissiale de St Katharine Cree », affirme M. Van der Cruys. « Il est en effet plausible que ce relief ait fait partie des débris déblayés hors de l’église après un bombardement lors de la Seconde Guerre mondiale. Un des ouvriers l’a probablement mis de côté "pour les temps difficiles" après la guerre. A l’époque, quand les bombes sifflaient littéralement aux oreilles des citoyens, personne n’y prêtait attention. » 


Dans l’intervalle, la personne responsable de l’église de St Katharine Cree à Londres a entrepris les démarches nécessaires. En faisant appel à un avocat spécialisé dans les œuvres d’art volées, pillées ou disparues, l’église souhaite que la pièce manquante reprenne sa place. Pour l’instant, le blason est toujours en la possession de l’antiquaire qui tentait de le vendre au salon de Namur. « Sur le plan juridique, la pièce m’appartient, donc je ne suis pas obligé de la rendre », déclare l’antiquaire, qui souhaite rester anonyme. « Mais je vais le faire pour des raisons éthiques. Je ne me sentirai pas mieux si je la garde ou la vends. Je me suis récemment (mercredi après-midi, le 07/12/2016) entretenu avec l’avocat d’Angleterre et nous avons commencé à chercher une solution. »

http://www.patrickdamiaens.be



lundi 12 décembre 2016

Découverte des armoiries de famille de Sir Nicholas Throckmorton | Monument St Katharine Cree à Londres | Armoiries taillées en albâtre

Armoiries de famille de Sir Nicholas Throckmorton

Découverte des armoiries de famille de
 Sir Nicholas Throckmorton

Monument St Katharine Cree à Londres
____________________________________________________________
________________________________________________



L'Héraldique fait partie de mes intérêts personnel, même si je dois dire que je ne suis pas vraiment un expert. Pourtant, je sais me défendre concernant certains aspects de l'héraldique, et je suis toujours content d'en apprendre davantage sur les thèmes et aspects des armoiries héraldiques. L'héraldique est une forme d'art en soi, elle est très complexe. Certains experts héraldiques me surprennent parfois grâce aux vastes connaissances qu'ils possèdent sur le sujet.
___________________________________________________________
__________________________ 


Antica Namur 2016


A la fin de l'automne 2016, je suis parti direction l'Antica de Namur, l'exposition d'art et antiquités qui se déroule en bordure de ville, c'est une de mes habitudes annuelles. Même s'il ne s'agit pas vraiment d'un “événement majeur”, depuis quelques années, ce salon offre une qualité croissante en plus d'offrir un prix abordable, c’est un très joli salon en plus de présenter un public de plus en plus nombreux.
Sur le stand d'un marchand d'art flamand, qui est aussi un exposant à la BRAFA de Bruxelles, un magnifique relief d'albâtre a immédiatement attiré mon attention. 

Il se tenait entre des peintures exposées sur un piédestal noir, et à côté de ce haut-relief d'environ 80cm se trouvait une plaque portant un texte explicatif apposé par l'exposant, "un relief d'albâtre germano-autrichien datant du milieu du 16ème siècle" était inscrit sur la plaquette en question. Je lui demandais si je pouvais prendre quelques photos de cette pièce fascinante, aucun problème, l'autorisation était donnée. Mon intuition me dit que c'était un relief d'albâtre d'une origine différente, et j'ai fait la remarque au marchand d'art que le relief était peut être d'origine anglaise, et non allemand.

Cette observation a été confirmée par mes activités et recherches quotidiennes comme sculpteur héraldique, mais aussi grâce aux nombreux abonnements de magazines d'héraldiques européens que je possède, il est donc plus facile de se faire une idée de certaines armoiries.
Ces magazines permettent de mieux comprendre la complexité et les détails spécifiques de cette forme unique d'art. Alors que le relief soit d'origine anglaise, j'en suis absolument certain.


Une fois à la maison, j'ai envoyé l'image du relief d'albâtre à un ami britannique Richard Lichten qui, comme moi, trouvent que les connaissances de l'héraldique et leur histoire est un passe-temps aussi intéressant que passionnant. 

Il m'a répondu peu de temps après, et m'a dit que ces armoiries d'albâtre appartient premièrement aux armoiries de la famille anglaise Throckmorton. Mais l'appartenance exacte des armoiries devait encore être étudiée. Car en effet, il existe toute une série de membres célèbres et moins connus du clan Throckmorton.

Blason Throckmorton



Les armoiries Throckmorton


Mais au vu du caractère général des armoiries, de ses ornements et de ses compositions, elles remontent effectivement au 16ème siècle, exactement comme le marchand d'art me l'avait dit. 
Je pouvais donc me concentrer davantage sur la famille Throckmorton de cette époque là. Les armoiries devaient appartenir à une personne importante de cette famille, on le reconnaît notamment grâce à la qualité et à l'étendue du relief. Donc il fallait trouver famille notable de cette époque.


Francis Throckmorton (1554–1584)
Nicholas Throckmorton (1515–1571)
John Throckmorton (1524–1580)




Les armoiries de Nicholas Throckmorton


Cela n'a pas été facile et a demandé un vrai travail de détective pour retrouver le propriétaire initial de ces armoiries de famille. Car il y a une merlette (oiseau) présente sur le bouclier, cela signifie que selon l'héraldique anglaise, les armoiries d'albâtre appartiennent au 4ème fils de la lignée, ce qui a rendu la recherche bien plus simple.

C'était sans aucun doute les armoiries de Nicholas Throckmorton. J'ai été un peu choqué lorsque j'effectuais les travaux de recherche sur cette famille et l'identité de Sir Nicholas Throckmorton, et sa vie du 16ème siècle de l'histoire anglaise. Car cette famille a joué un rôle important en Angleterre au 16ème siècle.

Sir Nicholas Throckmorton (ou Throgmorton) (vers 1515/1516 - 12 février, 1571) était un diplomate et homme politique anglais, il était ambassadeur en France et a joué un rôle important dans la relation entre Elizabeth I et Mary Ire d'Ecosse (Mary, Queen of Scots).


Armoiries taillées en albâtre


Nicholas Throckmorton était le quatrième des huit enfants de Sir George Throckmorton de Coughton Court. Après qu'Elizabeth I soit montée sur le trône en Novembre 1558, Nicholas Throckmorton a rapidement gagné les faveurs de la reine, notamment grâce à sa relation personnelle déjà existante avec elle. 

Il a envoyé son propre avis sur la formation du gouvernement d'Elizabeth I, dont certaines conséquences étaient que de mai 1559 à avril 1564, il était ambassadeur d'Angleterre en France.
Son nom de famille est mentionné dans plusieurs complots. 
En 1569, Throckmorton était soupçonné d'être impliqué dans la conspiration du duc de Norfolk, et il s'est ainsi retrouvé prisonnier du château de Windsor, aucun procès n'a été monté contre lui, il a néanmoins perdu la confiance de la reine Elizabeth I qu'il n'a jamais pu regagner par la suite. 
Il est mort en 1571.
Une histoire turbulente.

Une merlette (oiseau) présente sur le bouclier

La figure ci-dessous montre à droite les armoiries de Sir Nicholas Throckmorton et à gauche de son frère, deux armoiries identiques pourrait-on penser, mais il y a tout de même des différences, les armoiries de gauche sont facilement reconnaissable grâce à la ligne principale, qui porte un croissant de lune, signifiant le second fils et son frère aîné. (Voir la flèche blanche sur le bouclier).




Coughton Court


Coughton Court est la maison de famille des Throckmorton depuis 1409. Le domaine comprend environ 10 hectares des jardins les plus spectaculaires d'Angleterre. Cette belle ferme a connu de nombreux propriétaires avant 1409, et à un certain moment, elle est entrée en possession de la famille Spiney. 

Le nom Throckmorton a d'abord été associé à Coughton Court en 1409, quand Eleanor Spiney a épousé John Throckmorton. Le titre Baronnet attaché à la maison Throckmorton en 1994 a disparu avec la mort du douzième Baronnet, mais la famille réside toujours à Coughton Court, désormais dirigée par le National Trust.

C'était l'intention de Clare McLaren - Throckmorton de créer un jardin dont l'envergure va main dans la main avec la maison, ses jardins sont toujours détenus et exploités par la famille Throckmorton. En 2009, la résidence permanente de la famille Throckmorton célébrait un 600ème anniversaire.

Après un certain nombre d'e-mails envoyés à Rebecca Farr et John Sterry, qui font partis de la gestion de Coughton Court, j'en suis venu à en connaître d'avantage sur les armoiries d'albâtre que j'avais vu à Namur, je vous épargne l'histoire intégrale de la famille, elle est bien trop complexe pour un article de blog, mais les armoiries d'albâtre du premier quart du blason appartiennent à la famille Throckmorton et le quatrième quart appartient à la famille Spiney.





Le monument


Lors de mes recherches sur Internet, j'ai découvert que Sir Nicholas Throckmorton est mort le 12 février 1571 et est enterré dans l'église paroissiale St Katharine Cree à Londres, mais où exactement ? On ne le sait pas. 

Un monument a été érigé dans l'église à sa mémoire, j'ai trouvé quelques images sur Internet du monument en question. Je ne suis pas sûr, mais il semblait que le monument soit également en albâtre et a été réalisé avec une grande qualité d'exécution.

Le monument Sir Nicholas Throckmorton dans St Katharine Cree à Londres

Vue détaillée et comparaison du monument N. Throckmorton, Londres


Suite à une recherche un peu plus ciblée sur les détails, j'ai trouvé quelques points de repère remarquables, il semblait que le relief que j'ai vu à Namur et le monument à Londres présentaient les mêmes qualitées dans l'ornementation, la composition et le style, “On pourrait jurer”, pensais-je alors, “que le relief sort tout droit du même atelier ou bien a été taillé par le même créateur." Les découvertes se suivent rapidement.


Gravure

Un livre de gravures datant de la fin du 18ème siècle (Antique Prints of London) que j'ai trouvé sur Internet m'a permis de démasquer l'identité du relief, je ne pouvais pas en croire mes yeux. Sur cette gravure de cuivre datant de 1793 on distingue clairement le relief d'albâtre, mais deux petites armoiries sont également visibles. 

A qui appartiennent-elles ?, je ne le sais pas encore, j'ai immédiatement interrogé l'équipe de gestion de Coughton Court, mais malheureusement, ils ne pouvaient pas m'aider. L'image n'était pas de très bonne qualité, mais il est certain que les petites armoiries en bas à droite appartenait à une femme, reconnaissable grâce à sa forme en diamant. 

C'était malgré tout une découverte fantastique. Je venais de découvrir une pièce historique importante, cela me semblait être un bon investissement sur le moment.

Gravure du monument Sir Nicholas Throckmorton




De retour à Namur


Avec toutes ces informations recueillies, je pars pour Namur quelques jours plus tard, je suis sûr que le relief se trouvait sur le monument de Sir Nicholas Throckmorton, je suis même parti avec l'intention d'acheter ce relief pour un usage personnel. 
Un relief historique du 16ème siècle semblait être un meilleur investissement que laisser l'argent dans la banque. Est-ce qu'il était volé ? Je n'ai pas trouvé quoi que ce soit sur Internet à propos d'un relief volé du monument de Sir Nicholas Throckmorton. 
En arrivant dans les halls d'exposition à Namur, je voyais déjà vu sur le stand de l'antiquaire que la plaquette explicative de l'œuvre d'art avait disparu, et une nouvelle plaquette affichait désormais "relief d'armoiries anglaises". Une production anversoise, un produit d'exportation. 
Le marchand me reconnaissait encore, j'étais curieux de connaître le prix de vente du relief, mais celui-ci était malheureusement bien au-delà de mon budget.


Christie's Londres


C'est pour en savoir plus sur la valeur de ce relief, que je suis entré en contact avec Donald Johnston, il est le directeur principal et chef européen du département de Sculpture et Objets d'Art de Christie's Londres. 
Je lui ai envoyé un dossier de toutes mes expériences, et peu de temps après, j'ai reçu une réponse, il était très impressionné par mon travail de recherche, et il était d'accord qu'il s'agissait d'une pièce manquante du monument. 
J'ai également reçu une évaluation pour une éventuelle vente aux enchères chez Christie's, le relief aurait effectivement pu être un excellent investissement.



Volé ?

Malgré tout, il me restait encore un certain nombre de questions, comment ce relief a-t-il était séparé du monument ?, comment a-t-il terminé en Belgique ?, qui était le précédent propriétaire ? Est-ce un objet volé ou est-ce un prêtre de l'église St Katharine Cree à Londres qui, par manque d'argent, aurait vendu certains articles de l'église, pour une raison que nous ne savons pas ou, ... ? Mais ce qui est certain, c'est que le relief n'a jamais quitté l'église de manière légale, le monument possède une trop grande valeur historique.

St Katharine Cree à Londres


St Katharine Cree à Londres


Fin novembre 2016, j'ai contacté l’église de St Katharine Cree à Londres, mon contact était Phil Manning, superviseur de l'église. Dans un email, je lui ai avancé un certain nombre de conclusions sur le monument dans son état actuel et la gravure de 1793. Toutes les autres actions d'information que j'avais rassemblé me semblait être superflues. Sa réponse a été particulièrement étendue. La voici ci-dessous.


Les blasons sculptés des armoiries présentes sur le sommet du monument de Sir Nicholas Throckmorton dans la gravure que vous m'avez envoyé (et dont une copie est accrochée au mur de l'église) ne sont plus présents, et ne l'ont jamais été pendant les 10 ans que j'ai pu travailler pour St Katharine Cree.


En outre, il existe des preuves que en 1929, le monument était contre le mur sud de la nef sud, alors qu'il est maintenant contre le mur est de l'allée est. On pense qu'à la fin des années 1950, ou début des années 1960, il a été déplacé à son emplacement actuel, depuis des bureaux ont été installés dans les allées latérales. Des notes de 1929 mentionnent le fait que le monument possédait "un relief central et deux blasons". Le monument a perdu ces objets après 1929, et je pense qu'il y a une explication plausible : peut être que ces pertes sont liées à un bombardement pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsqu'un vitrail a été endommagé dans l'allée du sud. Cette fenêtre était située à proximité de l'emplacement du monument.


Le monument est constitué d'une pierre peinte en brun-rouge veiné, apparemment en albâtre. Je ne sais pas qui l'a réalisé, mais au vu du savoir-faire de haute qualité, il est possible que le monument provienne d'un atelier de Southwark (peut-être que la famille Throckmorton possède des données à ce sujet). De nombreux réfugiés du sud des Pays-Bas sont installés dans le Bankside de Londres à la fin du 16ème siècle, donnant lieu à une tradition de tailleurs de pierre - j'aimerais beaucoup en savoir plus !
J'espère que l'explication ci-dessus vous est utile. Si vous avez la réponse à une ou plusieurs des questions posés, n'hésitez pas à m'en faire part, ce serait apprécié. Fin du courrier de Phil Manning.

Photos du monument de Nicholas Throckmorton (1929)




Photo comparative du relief (1929)

Mes conclusions

Après avoir reçu cet e-mail, il est temps d'apporter mes conclusions à Phil Manning, et peu de temps après que je suis au téléphone avec lui. Il a été particulièrement sympathique, et m'a félicité du résultats de mes travaux de recherche et a demandé s'il pouvait savoir qui était le marchand d'art. Je voulais ne pas vous lui dire car j'avais à ce moment-là l'intention d'acheter le relief. Mais quand il m'a dit que le relief n'a jamais pu quitter l'église légalement, et qu'il s'agissait assurément d'art pillé, mon intérêt pour l'achat du relief a disparu. Il m'a demandé s'il pouvait transmettre mes données et travaux de recherche à Chris Marinello, un expert britannique des arts volés. Phil Manning m'a aussi envoyé une photo de 1929 où clairement la crête de famille de Throckmorton est visible. Pour moi, il était évident que ce relief historique doit être retourné à son lieu d'origine.


Cependant, il y avait un autre problème, le relief n'a jamais été officiellement déclaré comme étant volé. Peut-être parce que l'église en charge a probablement pensé que le relief a été détruit par les bombardements en 1941 (Blitz) et s'est retrouvé avec le reste des débris. Peut-être qu'il est ensuite tombé dans les mauvaises mains. Ceci sont de simples conclusions; la preuve n'existe pas, mais il est certain que le relief n'aurait jamais dû quitter l'église.




Bruxelles 


Plusieurs solutions s’offraient à moi pour remédier à la situation, il y avait “à la dure”, avec des avocats, des procès, etc .. avec beaucoup de négativité, mais un marchand d'art respectable ne suivra jamais cette voie si des preuves sont fournies. 
Une autre façon était d'envoyer toutes les informations à la presse sans l'accord du marchand, et cela aurait certainement était une façon terrible de remédier à la situation, parce qu'il savait absolument pas ce qu'il avait en sa possession à l'époque. 

Finalement, le plus respectable pour les deux partis était de confronter le marchand d'art de Bruxelles avec les preuves que j'avais découvert, et j'ai été en mesure de le convaincre de cette manière pour arriver à une solution amiable. Il m'a promis par téléphone de transférer le relief à l'église.

La journée où j'ai rassemblé le marchand d'art et l'avocat.


Le 8 décembre 2016 a été une journée très stressante, car ce jour-là, j'ai apporté le résultat complet de mes recherches au marchand d'art belge. Il ne savait encore rien à propos des détails concernant le monument. Comme il s'agissait d'une quantité importante d'informations à digérer, je lui ai laissé deux heures pour étudier le dossier. Plus tard ce jour-là, j'ai contacté un avocat à Londres spécialisé en arts volés et perdus, et lui ai présenté de quel marchand d'art belge il s'agissait.


Mais avant même que ces deux messieurs ne puissent discuter de cette affaire, j'ai d'abord contacté la BELGA Newsagency de Bruxelles en les informant de mes recherches et conclusions, et la BELGA a vérifié ces données avec le marchand (qui était entre temps entré en contact avec l'avocat) et avec Marc Van de Cruys, spécialiste flamand en héraldique et éditeur du Heraldicum Disputationes. Par respect, seule la BELGA a obtenu les données de contact du marchand d'art, et cela seulement pour que mon dossier puisse être vérifié.


Tout un tas de journalistes belges ont ce jour-là contacté l'avocat par téléphone, bien sûr, pour vérifier la légitimité de mes conclusions. L'avocat de Londres a bien insisté sur le fait de ne pas écrire d'articles à propos du relief pour l'instant : l'affaire est toujours en suspens, la grande fête aura lieu à Londres, etc ... Mais heureusement, tous les journalistes ne se laissaient pas intimider.


Dans les semaines avant l'annonce, je suis aussi allé à la rencontre d'un certain nombre de spécialistes, mais aussi de marchands d'art de la TEFAF (TEFAF, The Maastricht Art Fair) pour leur présenter mes travaux de recherche et conclusions, ma question était de savoir quelles démarches suivre à présent.



On m'a conseillé de dévoiler mes conclusions dès que possible afin que cette information ne puisse être utilisé par les autres pour leur propre bénéfice. Une personne m'a dit: "Le monde de l'art est comme un panier plein de crabes."

Traduction Geraldine Poppe

http://www.patrickdamiaens.be