BIENVENUE SUR MON BLOG
Un blog sur : sculpture ornementale sur bois , l'ornementation et la décoration.
Dessin et fabrication artisanale de tous les sculptures ornementales et ornements ornementaux sur bois . Reproductions et propres créations du mobilier Liegeois


jeudi 1 septembre 2016

Sculpture en bois du 17ème siècle | Mobilier baroque | Torse torsadé | Sculpture en bois torsadées

Patrick Damiaens |  Fabrication de sculpture sur de pieds torsadées
Tailleur sur-mesure | Fabrication de sculpture sur de pieds torsadées 
Application de motifs floraux torsadés.


Le pied torsadé

La table torsadée - ou chaise aux pieds torsadés est un trait de caractère du style français de Louis XIII. 
Dans ce contexte, la torsade réalise des enroulements hélicoïdaux (en forme de spirale) réguliers dans le bois et ainsi donnent l'impression que le bois est mis en rotation, et que la poutre va un peu ressembler à une grosse corde. 
Les exemplaires plus grands permettent de réaliser de fines sculptures dans les parties creuses du torse. 



Le style Louis XIII est un style mobilier relativement méconnu de cette époque (1610-1650), et est difficile à trouver chez les antiquaires locaux. Elle se trouve néanmoins dans les musées français. Vous pouvez également voir ce style comme une transition entre la fin de la Renaissance et du Baroque. 

Sur une période relativement courte d'environ 40 ans (1610-1650), ce style mobilier du début 17ème a apporté quelques changements importants. 

La commode est introduite. Les nombreux tiroirs et secrets (compartiments secrets) à l'intérieur de ce meuble ont servi à stocker toutes sortes d'objets exotiques, provenant de pays lointains et de les exposer. 

Les bois précieux tels que l'ébène ont été sciés en fines bandes d'environ 4mm d'épaisseur, et ont été collées sur la carcasse en bois massif du meuble. Le contre-plaqué tel que nous le connaissons aujourd'hui a seulement été développé des centaines d'années plus tard. La guilde des charpentiers connaît alors une toute nouvelle spécialité : "Menuisiers en ébène", appelés plus tard "ébénistes". 

 Sculptures torsadées et décorées d'ornements

Le style Louis XIII est reconnaissable aux formes torsadées des pieds d'une chaise ou d'une table. Le torsadeur du bois réalise énormément de travail à cette période, les chaises et tables aux pieds torsadées sont complètement "in", une mode certainement originaire d'Espagne ou du Portugal. 

En architecture aussi la forme torsadée est souvent utilisée, notamment pour la réalisation de colonnes. Dans de nombreux endroits, on peut admirer le savoir-faire des tailleurs de pierre. Ce sont les différentes étapes de la coupe d'un ornement décoratif torsadé. 

Source : Livre, Meubelkunst, Annigje Hofstede


Les différentes étapes de la coupe d'un ornement décoratif torsadé.


L'application du motif sur le torse

Le façonnement des ornements

L'application du motif détaillé sur le bois

La sculpture du motif floral


Patrick Damiaens |  Sculpture en bois du 17ème siècle 


Finitions des motifs floraux 

Sculpture en bois torsadées
http://www.patrickdamiaens.be

FB Page



mardi 2 août 2016

Le château d’Augustusburg et le pavillon de chasse de Falkenlust | Excursion éducative aux châteaux de BRÜHL avec mes élèves


Excursion éducative aux châteaux de BRÜHL 
avec les élèves du cours de la sculpture en bois 

Château d’Augustusburg et le pavillon de chasse de Falkenlust



Depuis de nombreuses années, j’organise une excursion annuelle pour quelques élèves de la formation sculpture ornementale – sculpture en bois que j’enseigne. Le château de Versailles est une des destinations favorites pour cette excursion. Cependant cette année, afin de varier la destination, j’ai opté pour quelques belles destinations allemandes. Il nous semblait une bonne idée de visiter à la fin du mois de juin 2016 les châteaux de Brühl, à savoir le château d’Augustusburg et le pavillon de chasse de Falkenlust. Deux exemples magnifiques du rococo allemand qui se situent près de la frontière belge et qui font, à juste titre, partie du patrimoine mondial de l’UNESCO.

Nous avons eu de la malchance avec le temps : il a plu pendant toute la journée.
Nous conduisions vers Brühl, qui se situe près de la Cologne. Le trajet de Maaseik à Brühl durait 1h15. C’est donc une idée à recommander pour les personnes qui n’aiment pas rester trop longtemps dans la voiture ou l’autobus. Moi-même, j’ai déjà visité seul ces bâtiments rococo somptueux dix fois, mais faire cette visite en compagnie de mes élèves, c’est bien une autre expérience ;  les élèves me posaient des questions auxquelles j’essayais de répondre, par exemple. Mais moi aussi, j’apprends à chaque fois de nouveaux faits et de nouvelles anecdotes concernant l’époque des deux palais. Comme toujours, les compositions rococo fantastiques, conçues en pierre, plâtre et bois, ont attiré mon attention.


Excursion éducative aux châteaux de BRÜHL avec mes élèves 

Falkenlust Brühl


Pavillon de chasse de Falkenlust à Brühl

Le château de Falkenlust était notre première visite. À l’origine, le château servait seulement comme pavillon de chasse de Clément-Auguste, le prince-électeur de la Bavière et l’archevêque de la Cologne, qui aimait la fauconnerie. Plus tard, sa maîtresse et ses enfants y vivaient avec lui. Le château ouvre ses portes à 10h. 
Le personnel à la réception est toujours très chaleureux et content d’y voir un groupe de visiteurs plus grand que d’habitude. Vu que nous visiterions aussi le château d’Augustusburg, plus tard dans la journée, nous avons choisi un billet combiné de 12 euros (réduction : 10 euros ; c’était le prix d’entrée le 25 juin 2016).
Je vous recommande fortement l’utilisation de l’audioguide qui est inclus dans le prix d’entrée. Selon votre intérêt personnel et l’utilisation intensive ou non de l’audioguide, la durée de la visite peut différer. Mais il faut quand-même prévoir 1h à 1h30 pour visiter ce pavillon de chasse intime.

Attention, il est défendu d’y prendre des photos, ainsi que dans le château d’Augustusburg. Le personnel y veille scrupuleusement, mais en général, les visiteurs respectent bien cette interdiction. Pour illustrer cet article de blog, j’ai fait de la recherche sur Internet et j’ai pu trouver quelques photos des intérieurs rococo de Falkenlust.

le pavillon de chasse de Falkenlust

Le château d’Augustusburg

Après cette visite, nous avons continué notre excursion vers le château d’Augustusburg, situé à 5 minutes du pavillon de Falkenlust. Le parking du château (qui était gratuit au moment de notre visite) se situe près de la gare de Brühl. C’est donc pratique si vous voudriez flâner encore quelques heures à Cologne, ce que nous avons fait plus tard dans la journée. Il faut seulement un billet de train aller-retour Brühl-Cologne de 4,5 euros. Après un voyage de 15 minutes, on se trouve juste à côté de la cathédrale de Cologne ; quel luxe! Surtout quand on considère que les parkings dans le centre de la ville sont très chers, qu’il faut une vignette environnement (appelée ‘Umwelplakette’) et qu’on peut ainsi raccourcir le temps d’aller au centre de la ville.




Je recommande au visiteur qui a la chance d’y aller sur un jour ‘sans pluie’ de visiter d’abord le château d’Augustusburg, de laisser son voiture sur le parking mentionné antérieurement et de se promener au pavillon de Falkenlust à travers du parc et des forêts jolis. Je l’ai fait moi-même déjà quelques fois. Cette promenade de 25 à 35 minutes est une détente agréable.


Falkenlust Brühl, Une impression de cette promenade au château de Falkenlust en 2008

Ce que nous avons vu :

Le château d’Augustusburg à Brühl, près de la Cologne, est une des apogées architecturales dans l’architecture européenne pendant la première moitié du 18e siècle. La résidence de Clément-Auguste, le prince-électeur de la Bavière et l’archevêque de la Cologne, de la famille Wittelsbach, est un des premiers bâtiments rococo en Allemagne. La construction avait été entamée en 1725 par Johann Conrad Schlaun.
À partir de 1728, on travaillait aux décorations et aux intérieurs, conçus par l’architecte de la cour François de Cuvilliés. Il a conçu la décoration des façades et de la chambre de parement (appelée aussi chambre de parade ou chambre à parer) de Clément-Auguste, dans le style de la Régence et du baroque tardif, synonyme pour le Rococo. 
En plus, François de Cuvilliés était né en Belgique et il se développait plus tard à Munich comme architecte d’intérieur, sculpteur et stucateur.

 Le château d’Augustusburg

Le fleuron d’Augustusburg est la cage d’escalier dans l’aile occidentale. Ce chef-d’œuvre visuel et architectural, plein de dynamique et d’élégance, a été conçu par Johann Balthasar Neumann (ce qui a conçu aussi la cage d’escalier à Würzburg).


Château d’Augustusburg | Excursion éducative avec les élèves



Johann Heinrich Roth exécutait l’achèvement de cet intérieur, comme par exemple le Gardensaal, au premier étage, qui est orné de stucage exubérant.

On appliquait du stuc-marbre, appelé aussi scagliola, sur les pilastres et les murs, souvent en combinaison avec des trophées et d’autres ornements, pour remplacer le marbre. Ainsi, l’intérieur était en parfaite harmonie avec les goûts de luxe du client et l'esprit du temps vu que le marbre était considéré comme trop ordinaire pour servir de décoration.

Le jardin baroque, à la française, de 1728 est toujours à admirer dans son état originel.

Le château, son escalier et son jardin, est une des créations les plus importantes du baroque allemand.

Le château d’Augustusburg servait seulement de pavillon de chasse et de maison de campagne. On n’y résidait que quatre à six semaines par an. Les résidences principales étaient le château du prince-électeur et le château Poppelsdorf à Bonn.

Quand Clément-Auguste mourrait en 1761, la construction des salles principales battait encore son plein. Son successeur Max Friedrich von Königsberg (1761-1784) mettait au point les travaux selon les plans originels de Clément-Auguste. En 1768, après plus de 40 ans de travaux, la construction du  château d’Augustusburg avait terminé.

Après la Révolution française, l’électorat de Cologne a disparu en 1794. Les troupes françaises occupaient le château et vendaient tout le mobilier. Quand Napoléon visitait le château en 1804, il le trouvait tellement magnifique qu’il regrettait qu’il ne pouvait pas l’emmener. Il le cédait à son maréchal Davoust, qui l’a complètement négligé.


Château d’Augustusburg à Brühl



Comme déjà dit, il y avait aussi une brève visite à Cologne sur notre programme. Le mauvais temps empêchait une grande promenade dans le centre de la Cologne. Nous nous sommes limités à une visite à la cathédrale et la tour Sud de 157,31 mètres et ses 509 marches. La cathédrale se trouve à 250 mètres du Rhin et elle se situe proche de la gare centrale de Cologne (« Köln Hauptbahnhof »).

La cathédrale de Cologne, officiellement « Dom St.Peter und Maria » (Cathédrale de Saint-Pierre et de Marie), est construite dans le style gothique dans la forme d’une église à transept. La nef et les tours incluses, la cathédrale est longue de 144,58 mètres et large de 86,25 mètres.


Cathédrale de Cologne

Cathédrale de Cologne

La construction avait commencé le 15 août 1248 et elle s’arrêtait au 15e siècle par faute d’argent. Seulement quelques siècles plus tard, en 1824, on a repris la construction sur la base des dessins originels du Moyen-Âge. En 1880, la cathédrale a été finalement achevée en style néogothique. Seule la partie la plus basse de l’aile ouest provient du 13e siècle. Puis, après les guerres, les travaux à restaurer les dégâts à la cathédrale durait jusqu’en 1956. Depuis cette année, la cathédrale pouvait de nouveau être utilisée.

Le bâtiment a un inventaire particulier, parmi lequel quelques vitraux qui datent du 14e et du 16e siècle.



Sculpture en bois néogothique




La Cathédrale de Cologne | Excursion éducative


Après la visite à une Brauhaus (une sorte de brasserie), typique de Cologne, nous avons pris le train de 18h pour rentrer à Brühl, où nous avons terminé ce samedi éducatif dans le « Brühler Wirtshaus », l’ancienne gare de Brühl qui est transformée en un restaurant particulièrement agréable, comme nous l’avons constaté.



Traduction Leen Nijssen


http://www.patrickdamiaens.be

FB PAGE 



vendredi 1 juillet 2016

Des Intérieurs liégeois du 18ème siècle | Château Amstenrade | Intérieurs néoclassiques | Intérieurs historiques

Château Amstenrade |  Intérieurs néoclassiques

Château Amstenrade 
Des Intérieurs liégeois du 18ème siècle
__________________________________
_________________________


Intérieurs historiques Château Amstenrade

Il y a quelques années, j'ai eu l'honneur de visiter le château d'Amstenrade. Ce château est situé dans le village d'Amstenrade, situé dans le Limbourg néerlandais (entre Heerlen et Sittard). 
A cette époque, il était habité par la comtesse Leila Marchant et d'Ansembourg, une dame charmante. La famille De Marchant et d'Ansembourg est depuis 1788 propriétaire par héritage de ce magnifique château néoclassique. 

Quelques années plus tard, je rencontrai la comtesse accompagnée de son mari, à l'un des événements du Prince et Princesse De Merode. 
Je racontai à la comtesse mon souhait de publier un article sur mon blog de sculpture et d'ornements sur bois, au sujet de son château, son intérieur néoclassique, et ses ornements, que mes lecteurs appréciraient.
La comtesse et son mari trouvaient étonnant l'idée que leur château soit ainsi mis en avant, et m'ont gracieusement donné leur permission et coopération. Maintenant est venu le temps de publier cet article. 

Le château d'Amstenrade est considéré comme l'un des plus beaux exemples au Pays-Bas du style néoclassique, appelé aussi style Louis XVI. 

Intérieurs néoclassiques. 

Le néoclassicisme était un mouvement d'art datant du début du 18ème à la fin du 19ème siècle, qui a poursuivi le classicisme et sa puretée, inspirés par l'architecture des Grecs et Romains. 

Château Amstenrade, la chambre chinoise

Un peu d'histoire

L'actuel château d'Amstenrade a été construit dans le dernier quart du 18ème siècle, par le banquier liégeois Nicolaas Willems. Il a démoli ce château au 17ème siècle, mais garda la tour carrée de manière inattendue. 
Willems a aussi été directeur de l'Hôtel Willems à Liège, où se trouve actuellement le fameux Musée d'Ansembourg. Nicholas Willems ne s'est pas marié et est mort en 1788.

Il a légué tous ces biens à sa cousine : Marie Victoire de Hayme de Bomal, qui était mariée au comte Claude Romain de Marchant et d'Ansembourg. La Famille Marchant et d'Ansembourg possède encore ce domaine. Leila van Lidth de Jeuge, comtesse de Marchant et d'Ansembourg (née en 1976), habite actuellement ce domaine avec son mari. 




Le bâtiment

La conception du nouveau château de l'architecte liégeois Barthélemy Digneffe avait initialement prévu une aile principale et deux ailes qui engloberaient un carré, la cour d'honneur. Pour des raisons inconnues, (peut-être un manque de moyens ?), la conception originale n'a pas été pleinement exécutée. L'aile droite et la seconde tour carrée n'ont jamais été construits. 

Le château se compose désormais de deux ailes en forme de L. Ces deux ailes sont reliées à l'angle ouest par la tour carrée originale du 17ème siècle. 

L'aile droite possède des fondations souterraines qui ne sont que partiellement construites, et qui sont désormais recouvertes de terre. La suppression progressive de l'aile droite du bâtiment initialement prévue par Digneffe donne un rendu différent de l'idée originale. Le grand hall de l'aile principale sert désormais de grande salle, et l'aile latérale a été transformée en hall central. Nous y reviendront plus tard. Le bâtiment principal est majestueux, il possède trois étange et un sous-sol. 


L'intérieur

Autant Nicolaas Willems que Jean-Baptiste de Marchant et d'Ansembourg ont fait appel aux artisans liégeois pour les finitions intérieures. 
Parmi eux se trouvaient le peintre-décorateur De Lovinfosse, et le sculpteur d'ornements sur bois François De Tombay. 
Beaucoup d'éléments décoratifs et de décorations sculptées sont basées sur le classique, tels que les rosettes, les cadres de perles, les oves, les trophées, les vases et les motifs en feuilles d'acanthe. 

Des couleurs vives ont été utilisées, beaucoup de blanc combiné à des tons pastel comme le lilas, le bleu pâle et vert de mer. Tout ceci combiné avec des cadres dorés, et sculptures subtiles. 
Le salon de la tour au rez-de-chaussée est l'une des salles principales du château. Cette chambre dispose d'un décor néoclassique total. 
La tapisserie peinte et les supraportes ont probablement été réalisées par De Lovinfosse, à l'image des peintures du français François Boucher.

Château Amstenrade | La boiserie du salon

Au premier étage de l'aile principale, se trouve, à mon avis, la partie la plus insolite du château : la chambre à coucher chinoise renforcée d'une alcôve. Cette chambre doit son nom à la peinture réalisée sur papier de riz, représentant des scènes chinoises.
Les cadres des miroirs se trouvant sur la cheminée de style Louis XVI a été inspirée des décorations et architectures chinoises qui étaient alors à la mode. 

Les derniers travaux sont achevés en 1806. Ses aménagements sont dans un style Empire précoce.

Le Salon et ses trophées
____________________________

Intérieurs historiques | Château Amstenrade

Boiserie du salon (détails) | Amstenrade

Le salon et ses trohpées est une grande chambre avec des boiseries en chêne. Ici aussi, tout comme partout ailleurs dans le château, se trouvent de grandes fenêtres avec des volets intérieurs et un beau parquet. 

Le salon est nommé d'après les quatre principaux trophées, qui attirent immédiatement l'attention. Les thèmes abordés par ces trophées sont le Jardin, le Vin et la Musique. 

D'un côté se trouve la cheminée en marbre, et à l'opposé une peinture travaillée dans la boiserie. 
Cette boiserie a probablement été peinte par le passé, c'est une déduction logique car le reste du château est encore dans son état d'origine, mais aussi car elle possède des restes de peinture encore visible autour de la sculpture. Les sculptures en bois néoclassiques sur les panneaux sont encadrés par des oves dorés ou des motifs d'acanthes. 

Après avoir enlevé la peinture originale sur les boiseries, on retrouve des sculptures en bois dotées d'une polychromie pas trop frappante. Sur les panneaux plus étroits, on observe une forme de feston, ou de grappes composées de fruits et de légumes accrochés à un ruban. 

Un feston

Les deux extrémités ou points de fixation ont généralement la forme d'une rosette, un noeud, un ruban ou des clous. Sont aussi utilisés, mais c'est plus rare, des crânes ou des visages. 

Un feston sous la forme d'un arrangement de feuilles de chêne, feuilles de laurier, fruits, ou même fruits de mer sont commun dans l'ornementation et la décoration. 




Le vestibule

Nous avons vu que comme Bartholomé Digneffe n'a pas pu mettre totalement en oeuvre son idée initiale, l'entrée principale a été déplacée dans l'aile secondaire. 
Bien que méconnaissable immédiatement, même pour les experts, l'entrée était située dans un large couloir qui sert de lien entre les différents salons et chambres. 
Parce que la fonction  de ce couloir était moins importante que les salons, la hauteur du plafond était considérablement plus basse. Plus tard, dans le premier quart du 20ème siècle, pour améliorer l'apparence du hall, le plafond de celui-ci a été repoussé d'un bon mètre.

Le vestibule | Château Amstenrade

Le vestibule original possède un revêtement mural en bois sculpté de style néoclassique qui a été peint dans des tons blancs et bleu clair. Il possède des motifs classiques de nature, vases, des guirlandes, branches de palmiers, médaillons. 
Le plafond repoussé est décoré d'ornements en stuc dans un style similaire à la boiserie. Au premier coup d'oeil, les ornements en stuc ressemblent beaucoup à l'autre, mais après une observation plus détaillées, il est clair que les ornements en stuc ne sont pas d'époque. 




Nous voulons finalement que discuter quelques chambres dans cet article. Peut-être que nous avons suscité votre curiosité, et que vous souhaitez désormais admirer tout cela par vous-même. 

Visite guidée

Les visites peuvent être organisées sur demande pour des groupes de 10 à 25 personnes, en échange d'une modique somme. 
Pour une visite de plus de 25 personnes, un second guide est nécessaire. Dans ce cas, le groupe est divisé en deux, et la visite dure 2 heures. Chaque groupe peut ainsi successivement profiter des visites guidées. 

Foto's text Patrick Damiaens Traduction Geraldine Poppe

http://kasteelamstenrade.net

Château Amstenrade , Le parc


Le parc

Autour du château se trouve un parc de 11 hectares, construit vers 1815, avec une grande variété d'arbres et une ruine. Comme le parc est emménagé dans un style paysagiste anglais, il n'a jamais possédé d'eau. Il possède tout de même deux lignes de vue. 
A la fin d'une de ces lignes a été construit en 1826 une grotte en marnes et briques, le "Kloes". La grotte a un tunnel de chaque côté. L'un des deux tunnels donne sous un pont de pierre. 
La coupole de jardin possède des pilastres corinthiens, et est construite dans un style néoclassique. La couple est un bâtiment en briques début années 1800. 
D'autres dépendances comprennent un relais et une maison d'intendant. 

http://www.patrickdamiaens.be

LINK FB PAGE